Jean-Luc Thomas
“Tango, la quadrature des ports : de Buenos Aires…
à l’Ile Napoléon”

 

Samedi 8 juin 2019 // 11h

Bibliothèque centrale

Jean-Luc thomas, ancien journaliste à l’Equipe et passionné de tango propose de faire un tour des musiques de port.

« Syncrétisme profondément argentin, le tango fait écho au monde dont il a accueilli les cultures avec les vagues d’immigration qui ont construit le pays. Mais, né dans le port de Buenos Aires, il a aussi senti l’appel du large pour gagner son universalité. On le chante, le joue, le danse dans le monde entier, en Finlande, en Turquie, au Japon… Sans doute parce que la mélancolie de l’immigrant, pas plus que les chagrins d’amour, ne connaissent de frontières. En cela, le tango échange à distance avec d’autres univers musicaux eux aussi marqués par les problématiques de l’errance et du déracinement : le blues du delta du Mississipi, le fado lisboète ou le rebetiko des tavernes d’Athènes ou de Salonique. Cette quadrature des ports se résout en poésie, là où les vers de Kaplanis dans « Pleure, mon bouzouki » s’harmonisent naturellement avec la complainte de Homero Manzi dans « Che, bandonéon », les deux instruments épousant la tristesse de celui qui leur confie sa peine. Cette conférence propose un petit précis de tangologie sans frontières… »
Texte de Jean-Luc Thomas

Site web

Gratuit

 
 
 

Articles récents

Commentaires récents

    Archives

    Catégories

    Méta